Livraison gratuite à partir de 59 € d'achat avec le code promo LIVRAISON

Légalisation du CBD en France : que faut-il savoir ?

Publié par Malik Magic W. le

Légalisation du CBD en France : que faut-il savoir ?

Légalisation du CBD en France : où en est la situation ?

Issu de cannabis, le CBD a longtemps suscité la méfiance. On l’a confondu avec le THC ou tétrahydrocannabinol, qui est une molécule nocive et dangereuse. Elle provoque des hallucinations et de la dépendance, une des origines de la toxicomanie dans le monde. Le cannabidiol, de son côté, dispose de nombreuses vertus médicinales à exploiter. Ainsi, ces deux molécules ont des effets inverses. Est-ce que le CBD est autorisé en France ?

Est-ce que le cannabidiol est une drogue ?

Bien qu’il ait hérité de la mauvaise réputation du THC, le CBD à usage thérapeutique ne peut pas être considéré comme une drogue. Il est différent de celui consommé par les fumeurs de marijuana à l’état pur, de cocaïne, d’héroïne et de beuh. Cette molécule psychoactive dérivée du chanvre indien est tout à fait clean. Il n’engendre aucune dégradation de la perception ni d’effets secondaires dangereux pour la santé.

Pas de risque de se sentir drogué à l’instar de ceux qui viennent de fumer du shit. Au même titre que les drogues dures, celui-ci présente un risque d’overdose si on a du mal à contrôler la prise de cannabis, un seuil fatal à absolument éviter de franchir. C’est la raison pour laquelle aucun d’entre eux n’est considéré comme une drogue légale, notamment en France. Et d’ailleurs, il est rare dans le monde qu’elle soit autorisée.

Le CBD, de son côté, est aussi un dérivé du chanvre. Mais il apporte d’innombrables bienfaits à l’organisme. Contrairement aux autres molécules dérivées, le cultiver et le consommer sont légaux en France.

Pourquoi le CBD est légal ?

En France, la situation juridique concernant cette molécule est assez complexe. Le ministère de la Santé n’a pas encore déclaré que cannabis devient légal, donc, il reste illégal. Cela provoque alors un flou juridique autour de sa substance dérivée qu’est le cannabidiol.

Une consommation récréative légale

L’usage autorisé concerne les variétés hors de la liste des stupéfiants et des substances addictives. D’autant plus que la loi sur les stupéfiants ne le régit pas. On parle surtout d’autorisation et non de légalisation dans l’Hexagone. Autrement dit, la loi française autorise la production et la consommation de ce cannabinoïde. Mais des conditions doivent être respectées par les cultivateurs de cannabis qui séparent la molécule de la plante de chanvre.

Des dérogations ont alors étés faites afin d’éviter les dérives chez les professionnels souhaitant cultiver de la marijuana. Elles sont assez strictes puisqu’elle concerne la santé publique. Le ministère de la Santé est très prudent sur ce sujet. Sur le marché, le produit fini est contrôlé. Les règles concernant la consommation récréative sont également fixées pour les particuliers afin d’éviter tout abus.

Depuis la popularisation du Sativa, on peut dire que la société française s’est un peu ouverte sur ce sujet. Les mœurs ont légèrement changé et les mentalités ont évolué. Ce cannabinoïde n’est plus perçu comme un danger même s’il est issu du chanvre.

L’Agence Nationale de Sécurité du médicament (ANSM) a fait appel à un comité exécutif qui étudie scrupuleusement la culture et la consommation du cannabis, ou plus précisément de son dérivé. Il fera des rapports sur cette substance ainsi que sur ses usages thérapeutiques et médicinaux. Quant aux produits à base de celle-ci, ils sont classés en tant que compléments alimentaires.

Une culture et une production très encadrées

Pour la culture du cannabis dans l’Hexagone, les producteurs doivent utiliser uniquement les variétés de marijuana médicinale indiquées par la réglementation en vigueur. Le non-respect de celle-ci est une infraction pénale passible d’amende et d’emprisonnement. À savoir qu’on en compte une vingtaine et leurs noms sont disponibles sur un registre. Voici la fameuse liste de ces cultivars :

  • Carmagola (dioïque)
  • Delta 405 (monoïque)
  • Dioica 88 (dioïque)
  • Fedora 17
  • Fedora 19
  • Cs (dioïque)
  • Delta Llosa
  • Fedrina 74
  • Félina 32 (monoïque)
  • Félina 34
  • Fibror 79
  • Finola
  • Futura
  • Futura 75 (monoïque)
  • Epsilon 68 (monoïque)
  • Santhica 23 (monoïque)
  • Santhica 27 (monoïque)
  • Uso 31 (monoïque)
  • Santhica 70
  • Férimon (monoïque)
  • Fibranova (dioïque)
  • Fibrimon 56.
cbd culture

Certains de ces plants sont monoïques tandis que d’autres sont dioïques. Les premiers signifient simplement que le cannabis thérapeutique cultivé mélange les fleurs mâles et femelles. Quant aux seconds, ils sont soient femelles, soient mâles et pas les deux à la fois.

Par ailleurs, les autorités encadrent vigoureusement le taux de THC contenus dans les plantes. Ceux qui dépassent 0,2 % font l’objet d’une prohibition. En effet, cette substance psychotrope est illégale toujours dans le cadre de l’interdiction des drogues dans le pays. Ainsi, la substance extraite de ces cultures doit être dépourvue de THC. Seules les méthodes d’extraction sur les tiges et les graines de cannabis sont acceptées par les autorités.

Ces dernières interdisent toute activité commerciale ainsi qu’industrielle autour des fleurs et des feuilles de marijuana thérapeutique. Ces dernières renferment de très fortes doses de tétrahydrocannabinol. De ce fait, elle est très nocive pour le cerveau et l’organisme en général. Au contraire, cette substance dérivée est réputée pour ses innombrables vertus thérapeutiques et médicinales. Il est de plus en plus utilisé dans le traitement de toute une liste de maladie. C’est la raison pour laquelle elle s’est démocratisée en France, mais aussi dans certains pays comme les États-Unis, l’Angleterre, le Liban, l’Espagne ou encore l’Allemagne.

Cannabidiol : quelles sont les formes légales en France ?

Ce cannabinoïde se décline sous de nombreuses formes. Les usagers du cannabis ont l’embarras du choix. En ce qui concerne leur légalité, elles sont toutes consommables du moment qu’elles ne renferment pas de THC et qu’elles sont issues des variétés de plantes autorisées.

Les produits à consommer

Les producteurs se sont lancés dans une rude concurrence afin de développer la commercialisation de CBD. Si au début, ce dérivé du chanvre était disponible sous certaines formes uniquement, ce n’est plus cas actuellement. Quelles sont les plus en vogue ?

  • L’huile est de loin la forme qui a le plus de succès auprès des consommateurs. Il s’agit de l’un des cannabidiols les plus purs du marché. Elle est très puissante. Un suivi de la part d’un médecin est alors conseillé tout au long de son usage médicinal.
  • La fleur et la résine ou haschich sont à ne pas confondre avec celle du Cannabacée. Très agréable en bouche, elle a les mêmes bienfaits que les autres formes. Différents parfums de fleurs sont à leur disposition : pomme, camomille, cannelle... Ce mode de consommation aide à régler les troubles du sommeil, évacuer le stress et faciliter la concentration. Ses vertus relaxantes sont une aubaine pour soigner la dépression et stopper les nausées.
  • Les produits alimentaires, tels que les boissons et les bonbons, prennent également plus de place sur le marché. La plupart sont dépourvus d’édulcorants et sont parfumés, fruités ou gélifiés.

Les e-liquides

Ce cannabinoïde est disponible en e-liquides, souvent dans des récipients de 10 à 50 ml. Comme l’huile, cette forme fait fureur auprès des consommateurs et s’est popularisée très vite. Bien évidemment, elle est destinée aux vapoteurs, c’est-à-dire aux adeptes de cigarettes électroniques. Elle contribue pleinement au sevrage à la nicotine et aux drogues douces de toute sorte. Ces e-liquides différents des autres ont des effets relaxants et immédiats.

La cosmétique

Le cannabidiol s’invite également dans la cosmétique, en tant qu’ingrédients. Il crée un engouement dans les laboratoires des professionnels du secteur. Ces derniers exploitent au maximum les vertus de cette substance. Se déclinant en crème, en gel, en savon… ils sont très appréciés grâce à leurs propriétés nourrissantes, relaxantes, anti-inflammatoires et hydratantes. Certaines sont destinées pour la peau, tandis que d’autres ont été conçus pour la chevelure, les parties intimes, les dents et le massage.

cbd cosmétique

Les compléments alimentaires

Les compléments alimentaires à base de ce dérivé du chanvre sont disponibles en capsules, qui, en général, n’ont ni goût ni odeur. Les consommateurs s’en servent tant pour la prévention que le traitement de certaines maladies. Quant à leurs prix, ils sont chers, mais ils en valent le coup. Leurs effets durent plus longtemps, car ils agissent plus lentement.

Par ailleurs, chaque usager est appelé à être prudent lors de leur achat. Une vérification des compositions est de rigueur au risque de devenir toxicomane.

Qui peut vendre du CBD en France ?

L’Hexagone autorise la vente de ce produit à tout le monde sans exception, à condition de respecter des réglementations strictes concernant la culture du chanvre avec lequel le produit a été confectionné. Le THC ne doit pas être présent dans les produits proposés. Aucune démarche spécifique n’est nécessaire pour ceux qui souhaitent se mettre à commercialiser cette substance. De ce fait, on peut le vendre en ligne, dans une boutique spécialisée, chez les buralistes, dans les pharmacies ou dans de nombreux autres types de commerces.

La loi fédérale veut que les vendeurs évitent de faire la publicité des vertus médicinales du cannabidiol afin de booster leur vente au détail. L’usage récréatif est privilégié. Néanmoins, il est toujours indispensable d’informer les clients sur les bienfaits du cannabidiol, les dosages, les effets, les meilleures façons de le consommer en petites quantités afin d’avoir des résultats satisfaisants. Il est indispensable de suivre une petite formation afin de bien maîtriser sa commercialisation. Les questions de santé et de bien-être sont, en effet, très délicates et méritent d’être prises au sérieux.

Bref, le CBD est légal en France et est vendu librement sur le marché. Il est utilisé dans de nombreux domaines, mais principalement, son usage est principalement pour des fins médicales. Comment s’assurer de sa meilleure qualité et de sa conformité au Code de la santé publique ?

← Article précédent Article suivant →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.